DSC_1470

7H du matin, le boulanger m'attend. Je lui ai commandé des pains la veille, ils sont tout chauds. Quatre pains commandés, trente-deux achetés (commande groupée) !!!! il n'en revient pas, du jamais vu !!! Du coup, un large sourire éclaire son visage. Et oui, ça sert à ça aussi les touristes !!!!

Comment le trouver ? Pas de magasin, il fait tout ça dans sa maison. Le four est en tôle au milieu de la pièce qui lui sert de boutique. Pas de panneau fléchés. Il faut demander à un habitant au hasard, il vous y conduira directement. Apparemment, c'est le seul du village. Les petits pains sont bons, un peu briochés et se gardent bien. 0,50 pièce.

Du haut du débarcadère, magnifique point de vue sur le fleuve qui s'appelle maintenant la Lawa.

DSC_1473

Tôt dans la matinée, l'activité sur le débarcadère est intense. Les pirogues arrivent, repartent et nous aussi. Un dernier tour au  magnifique bâtiment construit par la mairie pour des douches et des toilettes impeccables et ouvertes gratuitement à tous !!!!

DSC_1477DSC_1479  DSC_1485

DSC_1487DSC_1489DSC_1498

DSC_1501DSC_1504DSC_1510

Arrivée à Antecum Pata, pays des amérindiens et d'André Cognat.

L' «Indien blanc» a débarqué en Guyane au début des années 60. Cet ethnologue lyonnais avait choisi de s'installer sur le haut Maroni, dans un village appelé alors Pompidouville. Il a épousé la fille du chef coutumier amérindien Antecume-Pata. A la mort de ce dernier, il a donc été désigné pour prendre la relève! Et il a décidé de rebaptiser le bourg du nom de son beau-père. Vêtu du kalimbé rouge vif, André Cognat a adopté les us et coutumes des Amérindiens Wayanas. Mais il s'emploie aussi à faire face aux difficultés quotidiennes de sa communauté, comme la pollution du fleuve par les rejets de mercure issus de l'orpaillage. Quant au parc du Sud, André Cognat juge le projet «intéressant, à condition de ne pas aller à l'encontre des populations concernées».

Article de l'Express du 13/04/09

DSC_1516DSC_1535DSC_1552

DSC_1524DSC_1532DSC_1513

Antecum Pata est situé dans une grande courbe du fleuve qui facilite les rapides et l'existence de petits affluents et surtout les magnifiques paysages.

DSC_1531

 

Ici, tout se fait dans le fleuve. On y lave la vaisselle, la lessive. Pas de douche, pas de toilettes, tout dans le fleuve. Et moi, pauvre terrienne habituée à la citadine, je suis inquiète. Se laver dans le fleuve, à 6h du matin, passe encore, un seul homme tout nu qui détourne les yeux à ma venue, ça ne me dérange pas. D'ailleurs, il met sa serviette autour de la taille et part vers le village, sans un mot ni un regard indiscret. Je fais donc comme lui., hop dans l'eau. Mais le reste, pipi c'est possible quoique..mais......

Les hamacs sont posés dans le carbet qui sert de "salle des fêtes" aux  habitants. Ils sont attachés en rond au pilier central qui rejoint le ciel de case tout en haut du toit en hutte.

DSC_1505 DSC_1521 DSC_1554

Les motifs de décoration sont très symboliques et codifiés.On les retrouve plus ou moins colorés, en fonction du support, bois ou terre cuite.

DSC_1540  DSC_1549 DSC_1536

Dans la grande casserole, cuit doucement le manioc. La grande marmite est dédiée à la  préparation  du cachiri. Fait du manioc cuit et fermenté, les indiens le boivent en général les jours de fête.

DSC_1551 DSC_1555  DSC_1544

Située dans un joli carbet, l'école du village accueille les petites classes. Un grand hamac, à peine fini, est tendu pour prendre une belle forme. Tissé entièrement à la main, il est en fibre de fromager. Celui-ci est pour deux personnes et l'immensité du travail justifie un prix  qui pourrait sembler élevé, 200 à 250e.

DSC_1582  DSC_1566

La nuit, les carbets sont éclairés par des groupes électrogènes et André Cognat a le projet de faire construire une centrale hydro-électrique.

Je n'ai pas pris de photos d'amérindiens habitant le village volontairement, considérant qu'ils ont le droit au respect du touriste....mais oui, je les regrette mes belles photos.....

Enfin, j'ai découvert le secret des casseroles étincelantes au soleil...

DSC_1530

Pour en savoir plus :

http://www.bulledor.fr/antecumepata.html

http://wayanas.blogspot.com/2007/03/premier-jour-antecum-pata.html

http://nousnesommespasseuls.xooit.com/t7818-LA-GUYANNE-EMPOISONNEE.htm

et encore :

le livre d'André Cognat visible sur :

http://www.amazon.fr/Andr%C3%A9-Cognat-choisi-d%C3%AAtre-Indien/dp/B0014XQ7TK