DSC_11971 DSC_1199

S'il est bien balisé au départ du sentier, l'endroit est difficilement visible de la route. Pour le trouver sans trop chercher, un guide précieux, "le Petit Futé Guyane".

Le lien :  http://books.google.fr/books?id=s4EWoDoVJEAC&pg=PA168&lpg=PA168&dq=le+bagne+des+annamites&source=bl&ots=h0xd2zb0Q8&sig=guFtkzn550DKa8W8Ss9KrtOm9qU&hl=fr&ei=pGr_Sb-wA4XwMufSqL0E&sa=X&oi=book_result&ct=result&resnum=10


LE PARCOURS

Un sentier aménagé nous permet de serpenter facilement dans la forêt et d'admirer de magnifiques arbres.

DSC_1201 DSC_1205

DSC_1208

Devenant plus étroit, le chemin nous invite à prendre le chemin de traverse qui longe un petit ruisseau. Tout est beau et respire la sérénité ici.

DSC_1219DSC_1218

DSC_1221

Beaucoup d'arbres tombés nous obligent à contourner ou enjamber (plus dur !!!!) sans cesse à certains endroits (après la boue sur les chaussures, la boue des troncs sur le short !!!). Peu importe, c'est tellement beau ......

DSC_1222

DSC_1224

Et puis, au bout du chemin, l'horreur annoncée dés le départ.....

DSC_1198

Voici les vestiges (du moins ce qu'il reste des vestiges...) du bagne des annamites. Ainsi nommé car il abritait des prisonniers politiques indochinois (annamites viens de Annam, province du Vietnam). Environ 500 Vietnamiens sont ainsi passé par ce bagne dans les années 30. Il s'agissait en majorité d'indépendantistes que le pouvoir de l'époque souhaitait isoler. Le bagne fut fermé en 1943.

DSC_12251 DSC_1226

Un reste des wagonnets que poussaient les bagnards sur le chemin de fer qu'ils avaient construit eux-mêmes.

DSC_1227

DSC_1252 

DSC_1258

Des plaques à peine lisibles rappellent la présence et l'utilisation des bâtiments

DSC_1228DSC_1275

DSC_1230

Finalement, les vestiges les plus visibles sont les toilettes à la turc, parsemées ça et là, parmi les herbes, d'autant plus visibles que bâties en hauteur. On imagine que les cellules communes se situaient autour.

DSC_1247

DSC_1234

DSC_1231

DSC_1245

Voici l'état dans lequel la Guyane laisse son patrimoine, à l'image de cette poubelle. Pris en considération, en d'autres temps, puisque le site a un jour été aménagé, mais très vite négligé et oublié !!!!

DSC_1249

Le plus impressionnant dans cet endroit est l'alignement des cellules, finalement le seul bâtiment à résister, pour le moment du moins, à l'envahissement des arbres et lianes de toutes sortes...

DSC_1238

Pour ajouter à la punition des bagnards, les cellules, très étroites, avaient pour seul toit, des barreaux !!!!

DSC_1241

On imagine facilement, les compagnons de cellules plus ou moins agréables, à poils, ailes, pattes et autres....et le pauvre bagnard, trempé sous la pluie tropicale, qui dans la saison des pluies, déferle à seau. L'homme  recroquevillé dans un coin, désespéré et priant son dieu de le sortir de cet enfer ...Mais Dieu n'en a pas écouté un seul !!!! Trop petit et isolé, le croyant du lieu....

Et pourtant quel endroit magnifique !!! Pourquoi ce choix, en pleine forêt, dans le territoire de l'Inini ? Les bagnards coupaient des arbres précieux et ici, ils ne risquaient pas aller bien loin....

Aujourd'hui ce site reste un des derniers témoignages de la déportation de détenus politiques indochinois et de la politique mise en place par la IIIème république concernant les établissements pénitenciaires.

Pour en savoir beaucoup plus ......

http://etudescoloniales.canalblog.com/archives/_8___indochine_asie_histoires/p10-0.html


DSC_1262

DSC_1267

DSC_1263DSC_1274

Et au bout du sentier qui continue quelques kilomètres après les vestiges, voici le Tonnegrande.

DSC_1276

Super endroit, plein de sérénité. Oui, on a peine à imaginer qu'une cinquantaine d'années plus tôt, des ombres humaines hantaient le lieu.

DSC_1290